REFUSEZ LA VIOLENCE EN VENTE LIBRE

Publié le par cerbere

c3d5-2-copie-1.JPGIl est difficile de s'opposer à la vente des colliers barbelés dits "torquatus".
En revanche, il est possible de montrer sa désapprobation chaque fois qu'un magasin près de chez vous ou en ligne propose ce type d'articles au rayon chiens: les martinets.

A une époque, toute les familles en possédait car les enfants y goutaient souvent...Aujourd'hui, ces "techniques éducatives" sont d'un autre âge et sont associées à de la maltraitance.
Il est inadmissible de le tolérer pour nos chiens!


CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE:

  • Demandez à parler au responsable du rayon (ou au service client en cas de vente en ligne) et essayez de le convaincre qu'on ne peut dire respecter les animaux et vendre ce type d'articles.
  • Contactez le siège de ces entreprises afin de les informer des raisons du BOYCOT de leurs enseignes par vous et vos proches.
  • Ecrivez aux responsables, soit du magasin soit idéalement du siège social en reproduisant la lettre ci-jointe:

Madame, Monsieur,

 

Nous tenons à vous remercier pour les conseils que vous prodiguez aux professionnels comme aux particuliers.

 

Cependant, à notre grand étonnement, nous avons constaté que vous référencez des martinets parmi les accessoires destinés au chien.

 

A titre d’information, de nombreuses enseignes ou sites de ventes en ligne d’accessoires pour animaux ont déjà renoncé à la promotion de tels objets, les considérant incompatibles avec la notion de respect de l’animal.

 

En effet, la vente de martinets dans les linéaires est un cautionnement et une invitation implicite à l’emploi de la violence comme mode éducatif à l’encontre du chien et par voie de conséquence, se pose en contravention des articles de loi concernant le traitement des animaux familiers.

 

Art. R 654-1 du Code Pénal

 « Hors le cas prévu par l'article 521-1 , le fait, sans nécessité, publiquement ou non, d'exercer volontairement des mauvais traitements envers un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité est puni de l'amende prévue pour les contraventions de 4e classe, soit une amende de 457,34 € (3 000 F) à 762,25 € (5 000 F) . »

Le législateur, comme toute personne se prétendant respectueuse du bien-être des animaux, considère que le fait de battre son animal, à fortiori à l’aide d’un accessoire quelconque, est assimilable à un mauvais traitement.

 

Assurés de votre préoccupation du bien-être des chiens, nous sommes certains que vous agirez afin de ne plus présenter ces accessoires dans vos linéaires.

Commenter cet article