OPERATION S.P.A. ANNONCES

Publié le par cerbere

La SPA piège les éditeurs de petites annonces !

ANIMAUX111.jpg

 

Chaque année, plus d'un million de chats et de chiens sont produits pour le territoire français. 40 % sont « écoulés » par le canal des petites annonces.

 

Achetés entre 50 et 100 euros dans les pays de l'est, ces animaux sont revendus 5 à 10 fois plus cher en France. Ces petites annonces sont aussi une source d'approvisionnement pour les trafiquants. Elles sont donc dans le collimateur de la SPA à double titre : l'animal peut y être tour à tour proie ou produit d'un commerce illicite. Soulignons également le commerce réalisé par les particuliers : sans contrôle, dans l'anarchie la plus totale, ils font reproduire leurs animaux, vendent les portées et déposent les « invendus » dans le refuge SPA le plus proche ! La situation est devenue intolérable ! Le Ministère de l'Agriculture refuse de comprendre une donnée simple : Trop d'animaux naissent chaque année. Pas assez de familles responsables. Trop d'achats coup de cœur. Des abandons par dizaine de milliers !

 

Devant ce manque d'éthique, la SPA a souhaité alerter sans attendre le Ministère de l'Agriculture lors de deux rendez-vous, dont le dernier a eu lieu vendredi 7 septembre. Le Directeur de cabinet de Michel Barnier et le chef du Bureau de la protection Animale ne semblent pas pressés d'accéder aux demandes de la SPA.

 

La SPA est donc contrainte aujourd'hui d'employer les grands moyens pour sensibiliser l'opinion au fait qu'il y a urgence à moraliser le commerce des animaux de compagnie en France.
 

Les premières demandes de la SPA ?

 

  • - Interdire la cession à titre gratuit ou onéreux d'animaux par le biais des petites annonces

  • - Réserver le droit de céder à titre gratuit ou onéreux des animaux de compagnie aux seuls associations de protection animale et éleveurs professionnels

  • - Accroitre les contrôles

  • - Encourager la stérilisation des animaux de particuliers, ainsi que les bonnes pratiques d'éducation canine lors d'une campagne de sensibilisation menée par le Ministère de l'Agriculture et les associations de protection animale

 

Professionnaliser et Moraliser le commerce des animaux de compagnie.

 

Responsabiliser et Eduquer les propriétaires et futurs propriétaires d'animaux de compagnie.

 

Pour démontrer à Monsieur KEROURIO, Chef du Bureau de la Protection Animale, le problème que représente le commerce des animaux, l'association a eu recours à un testing pour savoir si un chien de première catégorie, par exemple, pouvait faire l'objet d'une petite annonce. La réponse est : Oui, rien de plus facile !110-F-4018155-fYjv2CXse2jkhd6Zc0lBDhGHJArlFFvl.jpg

 

Le résultat est édifiant : 9 publications sur 10 ont accepté l'annonce, preuve de l'absence totale de contrôle. La SPA a fait part de cette démarche lors de son rendez-vous au Ministère de l'Agriculture vendredi dernier. Ni le Directeur de cabinet de Michel BARNIER, ni Eric KEROURIO ne se sont émus de ce résultat et ne voient pas l'intérêt de décisions rapides sur ce sujet. Discussions, tables rondes, groupes de travail.... Bref, rien ne presse, selon eux !

 

 

La SPA rappelle que la cession à titre gracieux ou onéreux de chien de 1ère catégorie est strictement interdite par la loi du 6 janvier 1999.

 

 

 

La SPA en appelle aujourd'hui au Ministre de l'Agriculture pour qu'il intervienne dans ce dossier.

CERBERE VOUS RENVOIE A LA RUBRIQUE "ACTIONS ET DOCUMENTS" ACTIONS ET DOCUMENTS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article